yam’Tcha : une douce claque…

23 novembre 2015

Imprononçable ? Faites un effort… Le nom du restaurant claque tel un fouet de dompteur de lion ! Crazy4Food s’adonne-t-il à des expériences culinaires violentes ? Absolument pas, rassurez-vous. Je continue ma croisade à la recherche du bon, du vrai et (si possible) du nouveau. Mes aventures m’emmènent à Paris, rue Saint-Honoré (en prolongement du Faubourg Saint-Honoré, passés l’Elysée, l’hôtel Costes, Collette)… Je me retrouve devant une devanture noire percée d’une porte blanche et d’une grande fenêtre permettant aux passants d’avoir vue sur la cuisine. On y va ?

 yam'tcha

A l’intérieur, le restaurant vous accueille dans une ambiance épurée et feutrée où la tentation du velours sombre a été soigneusement évitée. A l’inverse, les tons clairs prédominent, le bois est omniprésent ; du blanc cassé par-ci, une patine bleu pétrole par-là, le décor favorise sérénité et apaisement. La carte des mets se décline en deux options découverte : un menu à Eur 60.00.- et un autre à Eur 120.00.-. Je suis en très bonne compagnie, d’humeur joviale et je me laisse donc tenter par le grand menu afin d’en apprendre un peu plus sur la cuisine d’Adeline Grattard.

 Yam'tcha

Nous commençons le repas par un magnifique Thon bleu de Méditerranée ; noble, gras, fondant et subtilement relevé par le radis vert (accompagné par un Montlouis sur Loire Remus 2014 – Domaine de la Taille aux Loups). Nous poursuivons par des Saint-Jacques juste saisies, topinambour, coulis de fois gras, châtaignes. Un plat gourmand, déroutant de précision (accompagné d’un Côtes du Rhône 2014 – Château de Montfaucon). Les archanges de la gastronomie me supplient de trouver du pain afin de me délecter du coulis. Il n’en sera rien ! Je me contente de racler mon assiette avec la fourchette.

 Yam'tcha

La Daurade, épinards & bouillon d’agrumes (accompagnée d’un riesling Trocken 2012 – Wittman), à la chair délicate envoutée par l’acidulé du bouillon d’agrumes, fait subtilement la transition avec la viande. Quelle révélation : Un mignon de cochon, trompettes de la mort, sauce Shaoxing (vin de céréale obtenu par saccharification et fermentation du riz), accompagné d’un Malvoisie 2009 – Cotar. Un ravissement, une extase, les mots me manquent… une exactitude culinaire ! Et que dire de ce bao (petit pain chinois cuit à la vapeur) fourré de stilton et de cerises Amarena … diablement gourmand (accompagné par un Porto Tawny 10 ans – Noval) !

 Yam'tcha

Nous terminons sur une déclinaison de poire Louise Bonne & Noisettes / mousse chocolat caramel / cédrat confit qui, même après ce festival de saveurs, arrive à me surprendre et me permet d’atterrir tout en douceur.

Nous sommes ressortis papillonnant dans les rues de Paris, légers, encore innocents et heureux de vivre, nous remémorant cette cuisine incisive, douce et caractéristiquement féminine.

Je tiens tout particulièrement à remercier, pour sa patience et son professionnalisme, la jeune sommelière qui nous a conseillé un des meilleurs accords mets vins que j’aie eu la chance de déguster. Quel talent !

yam’Tcha, 121 rue Saint Honoré, 75001 Paris, Tel: +33 1 40 26 08 07

[google-map-v3 shortcodeid= »ec1e9188e0″ width= »350″ height= »350″ zoom= »15″ maptype= »roadmap » mapalign= »center » directionhint= »false » language= »default » poweredby= »false » maptypecontrol= »true » pancontrol= »true » zoomcontrol= »true » scalecontrol= »true » streetviewcontrol= »true » scrollwheelcontrol= »false » draggable= »true » tiltfourtyfive= »false » enablegeolocationmarker= »false » enablemarkerclustering= »false » addmarkermashup= »false » addmarkermashupbubble= »false » addmarkerlist= »121 rue Saint Honoré, 75001 Paris{}1-default.png » bubbleautopan= »true » distanceunits= »miles » showbike= »false » showtraffic= »false » showpanoramio= »false »]


Retour


Mots clés :