Le Royal Mansour : une histoire de palais

6 mai 2015

Un luxe sobre, une élégance inégalée où, derrière des remparts et de larges portes en bois, se cachent le Royal Mansour

Je dois avouer que Marrakech a toujours été une énigme pour moi : un « je t’aime, moi non plus » en quelque sorte. Un manque de compréhension de ma part, un peu comme si un muet essayait de communiquer avec un sourd. Mais au fil du temps et de mes séjours épisodiques, je me rends compte que je n’ai pas voulu entendre ce que la ville voulait me dire, ni essayé de deviner ce qu’elle ne me disait pas.

Royal Mansour

« L’oeil ne voit que ce que l’esprit est prêt à comprendre » et je ne prétends pas avoir à ce jour tout compris. Je suis au début de mes découvertes. Je commence à entrevoir, à discerner, à apprendre, à m’imprégner. La raison d’un tel changement ? Je ne sais pas… l’âge sans doute, une forme de reconnaissance, l’ouverture, la curiosité. Et puis, les couleurs, les odeurs, des sensations de vie à des années lumières de mon quotidien.

Royal Mansour

Le restaurant dont je vais vous parler se situe dans un cadre extraordinaire qui découvre une des innombrables facettes du Maroc ; un luxe sobre, une élégance inégalée où, derrière des remparts et de larges portes en bois, se cachent d’inestimables joyaux.  Je vous emmène au restaurant traditionnel marocain de l’hôtel Royal Mansour.

Royal Mansour

Yannick Alleno (ancien chef de l’hôtel Meurisse et maintenant chez Ledoyen) est dans les parages. Il a signé la carte du restaurant français qui se situe juste à côté du restaurant marocain. Haut plafond, lustres impressionnants, luth et derbouka en fond musical. Le décor est majestueux, sans être pompeux, favorisant ainsi l’intimité. Une douce atmosphère de raffinement plane sur cet endroit et je décide de lâcher prise, de me laisser planer. Mon choix est vite fait et le classicisme l’emporte sans hésitation. Pastilla suivit d’un Méchoui. Ne vous inquiétez pas, je vous explique tout.

Pastilla Royale

Pastilla royale au pigeon

J’adore cette entrée qui fait partie du répertoire culinaire traditionnel marocain. Un doux mélange de sucré / salé de textures et de parfums. Le croustillant d’une pâte aussi fine que du papier à cigarettes, le croquant des noisettes, la subtile puissance et le moelleux du pigeon rendent ce plat unique. Ni un gâteau, ni une tourte, encore moins une quiche, ce plat me plonge dans ce que le Maroc fait de mieux en la matière.

Méchoui

Méchoui traditionnel

Je poursuis avec le fameux Méchoui d’agneau cuit pendant 72 heures à basse température pour que la texture reste moelleuse, puis terminé au four pour apporter le croustillant et ce goût légèrement fumé inimitable. Les morceaux se détachent sans effort et fondent à chaque bouchée. Le tout est servi avec de la semoule et des légumes. Pour le coup, l’accompagnement manquait cruellement de relief et d’assaisonnement (tomates cerise sans aucune saveur au milieu de tout cela, really ?). Pas grave mais tout simplement dommage !

Royal Mansour

So…?

Alors comment vous dire, sous le charme ? Grave !!! Ce dîner est d’une élégance exceptionnelle : autant dans l’exécution des plats que dans le service (en gants blancs et tenue traditionnelle sil vous plaît !).  Si proche et en même temps si éloigné de l’agitation ambiante : j’ai découvert, en ce lieu, un diamant si pur qu’il reste unique au monde.

Je vous écris ces quelques lignes en étant bloqué dans mon avion du retour. La cause ? La grève des aiguilleurs du ciel français. En tous cas (et à ce niveau là) le changement n’est toujours pas pour maintenant ! Pour vous dire la vérité, je leur en voulais à mort (probablement comme la centaine d’autres passagers sur ce vol). Mais comme dirait mon fils ainé, « Papa, arrête de toujours grogner ». Alors je me suis mis à écrire cet article en oubliant ces assistés du ciel. D’une certaine manière, je peux même les remercier car, sans eux, je n’aurais sans doute pas écrit ces quelques lignes.


Retour


Le Royal Mansour

Yannick Alleno

40 rue Abbou Abbas El Sebti, 4000 Marrakech

Mots clés : agneau, couscous, maroc, marrakech, méchoui, pastilla, pigeon