Un petit coin d’Amérique en plein Paris!

9 janvier 2015

Mes chers lecteurs gastronomes, aujourd’hui nous partons ensemble en voyage, nous changeons d’air et nous allons voir chez les grands ce qu’il s’y passe. Vous connaissez la musique… direction Paris, TGV, gare de Lyon… J’ai la chance d’avoir des amis gourmets (et gourmands) qui arpentent la capitale française en quête de bonnes adresses. Ils s’efforcent de me faire découvrir des établissements qui sortent des sentiers battus. Pour eux, Paris est une brocante géante, « il suffit » de trouver la perle rare. Et croyez-moi, ce n’est pas si facile mais ils y parviennent toujours et donc au passage : merci !

Nous allons dans le 10ème arrondissement ; un quartier qui bouge, qui change, qui évolue avec son temps. Un quartier où les hipsters, les foodies et bien évidemment les bobos se retrouvent pour refaire le monde. Pour la petite histoire le bobo (bourgeois-bohème) est un spécimen qui aime paraître négligé tout en étant ultra sophistiqué ! Constat similaire pour les hipsters; Jean-Claude Ribaut (ancienne plume gastronomique du Monde) résume ainsi « l’hipstérisation » de l’est parisien dans son livre « Un voyage d’un Gourmet à Paris : Ils sont généralement tatoués et ont tous le même uniforme, les cheveux gominés, coiffés en arrière, leur pilosité faciale va de la barbe de trois jours à la broussaille en friche, ils portent une chemise à carreaux, des pantalons retroussés sur des souliers chics à l’ancienne. La paire de chaussettes est assortie à la casquette, ou à la pochette facultative. La plupart ont des lunettes en écailles. Le hipster se doit d’être intello, d’avoir lu Nietzche, d’écouter David Bowie et d’afficher une arrogance naturelle. N’ayez pas peur, ce n’est pas une secte… venez avec moi au Floyd’s Bar & Grill.

Floyd's - Salle à Manger
Floyd’s – Salle à Manger

Poussez la porte du restaurant mais ne vous fiez pas aux apparences car, dans la première salle (le bar), elles sont trompeuses. Annoncez-vous et prenez le petit couloir qui passe devant la cuisine et débouche sur une salle de restaurant intime, au ton crème et aux accents boisés. J’ai l’impression d’être dans un salon où les convives se sont réunis pour prendre du bon temps. Pour les esprits mal tournés : non, je ne vous emmène pas aux Chandelles ! Alors n’attendons plus…

La cuisine du Floyd’s est clairement influencée par les Etats Unis avec une touche d’originalité et de subtilité en plus. Ce qui fait toute la différence et apporte un léger raffinement à une cuisine habituellement un brin « pachydermique ». Les entrées varient entre des huitres rôties Rockefeller aux épinards flambés au Pastis en passant par des poitrines de porc rôties sauce BBQ maison façon Caroline du Sud. Les plats, quant à eux, nous plongent dans le monde délicieux du barbecue : prime rib (côte de bœuf), T-bone, Bavette Angus ou les authentique Kansas City BBC Ribs. Mon choix est vite fait : en entrée la classique salade César grillée à Eur 8.50.- (j’ai envie de me réconcilier avec cette merveille après la décevante salade du Bon Génie) suivie des Ribs à Eur 21.00.-.

Floyd's - Salade César
Floyd’s – Salade César

La salade bien croquante contient des croûtons faits maison et des anchois (obligatoire); elle est recouverte de copeaux de parmesan semblables à des flocons de neige. La sauce est une pure merveille; bien la mélanger à la salade est une évidence et cela change tout ! Mais de nombreux restaurants ne s’en donnent pas toujours la peine. Rien ne paraît plus difficile que la simplicité !

Floyd's - Ribs
Floyd’s – Ribs

J’ai en mémoire des odeurs et des saveurs liées à mon enfance et à la cuisine de ma mère. Au fil des années, j’ai glissé dans mes bagages sensoriels et gustatifs toutes mes découvertes gastronomiques. Les (b)ribes de souvenirs des ribs que j’ai mangés à Memphis Tennessee me font placer la barre très haut. Et bien ceux du Floyd’s s’en approchent dignement : la chair se décroche facilement de l’os;  caramélisés et laqués, ils livrent à mon palais un éventail de goûts nouveaux. Le tout accompagné d’un cole slaw apportant la fraicheur nécessaire pour mieux apprécier la prochaine bouchée.

Quel beau dîner ! Une cuisine de qualité, authentique, qui relève subtilement le niveau d’une cuisine américaine « basique » sans pour autant la dénaturer. Service léger, détendu, souriant malgré le fait qu’ils refusent de changer l’accompagnement de votre viande. Pas grave… le reste est tellement bien que je veux bien fermer les yeux sur cette réaction un brin psychorigide !!

Le Floyd’s Bar & Grill
11 rue d’Enghien
75010 Paris
Tel : +33 1 44 79 05 52

http://www.floyds.fr


Retour


Mots clés :