SHIBATA – Merveille Nipponne

10 septembre 2019

Le restaurant Shibata au Grand-Saconnex est sûrement l'une des meilleures tables nippones de la ville.

Pépite

Il va sans dire que ce restaurant japonais fait partie de ces pépites culinaires qui, sans être sous le feu des projecteurs de la « cool attitude » genevoise, méritent amplement le détour. Sortons des sentiers battus… Il est temps de faire honneur à une cuisine nippone réinterprétée par un chef brillant et agrémentée avec brio de quelques touches occidentales.

Un Couple

C’est l’histoire d’un couple, Marie-Pierre et Hiroshi Shibata, un subtil mélange de culture orientale et occidentale, qui se retrouve en toute harmonie dans leur restaurant exigu du Grand-Saconnex. Lui est en cuisine, elle en salle. Comme de nombreuses artères genevoises, l’avenue Trembley n’est pas épargnée par les incessants travaux de revêtement bitumineux dans une ville dont la gestion de l’aménagement routier laisse les citoyens plus que perplexes. Le restaurant en souffre mais le couple tient le coup avec une certaine forme de bonne humeur. Dans une salle sobre au décor un brin désuet, l’épouse du cuisinier apporte une touche bienveillante et souriante.

Saint-Jacques / Lard de Colonnata

Comme des Tapas

Côté fourneaux, il est fort conseillé de se laisser porter par les inspirations journalières d’un chef inspiré. C’est sous forme de plats partage qu’Hiroshi démontre tout son talent. Les Saint-Jacques – présentées sur une croustillante feuille d’algue et une couche de riz, rehaussées d’une fine tranche de lard de Colonnata passée au chalumeau et intelligemment agrémentée d’une pointe de sauce Kabayaki (soja, mirin et sucre) – détonnent.

Tartare de bar

Symphonie Marine

Le maquereau, préalablement mariné dans du sel et du vinaigre de riz, servi en sashimi avec une sauce soja, une pointe de gingembre est déroutant. Instant cru avec un tartare de bar associé à une sauce à base de prunes japonaises acidulées. Une bombe ! Le thon parfaitement cuit rosé en accord complice avec des chanterelles et une sauce teriaki viennent parachever un déjeuner aussi sensible que délicat, où le mariage des genres est une évidence.

Thon / Chanterelles

Le Mot de la Faim

Avec une carte des vins et une sélection de sakés affutée par le Passeur de Vins, Shibata mérite toute notre attention. Oubliez les sushis, il n’y en aura pas et laissez-vous guider par une cuisine inspirante, innovante et bougrement gourmande. Un rêve ? Que le décor actuel laisse place à un comptoir d’une vingtaine de place qui donnerait sur une cuisine ouverte !


Retour


Shibata

Chemin Gilbert-Trolliet 4, 1209 Genève

Mots clés : cuisine, Genève, japon, restaurant