Seppia Bistro… rien de nouveau!

25 mars 2018

En lieu et place de l'ancien Paris Bistrot, le Seppia Bistro prône une cuisine bistronomique d'inspiration italienne....

En matière de restauration genevoise, difficile de rester à la page !  Le changement des locataires des arcades s’effectue à un rythme fou et inquiétant. Malgré un marché saturé, certains décident quand même de braver les obstacles et de tenter l’aventure.

Alors que dire du nouveau restaurant Seppia (anciennement le Paris Bistrot) au 29 avenue du Mail, ouvert il y a à peine un mois, qui prône une cuisine bistronomique d’inspiration italienne. Le décor n’a pas changé et ressemble à celui d’une trattoria où le bois domine offrant une atmosphère épurée et sobre.

Démarrage prometteur

La carte des mets – réduite à sa plus simple expression – affiche 4 entrées, 4 plats et une ardoise de suggestions qui varie chaque semaine. Une belle introduction gourmande avec le poulpe rôti au romarin et sa mousseline de cima di rapa (brocoli rave chez nous) dont l’élégante cuisson est intelligemment rehaussée par quelques pickles d’échalotes. Sur ce démarrage prometteur, l’envie nous prend d’essayer les artichauts panés pancetta et anchois, mais malheureusement le personnel de salle nous apprend qu’il n’y en a plus. Avec une carte aussi succincte, cette information aurait pu nous être communiquée en début de repas !

Atterrissage forcé

Tandis que la température du vin rouge qui nous est servi rappelle celle d’une nuit d’été en Sardaigne, la mozzarella figurant sur la plupart des plats de la carte suscite quelques interrogations qui reçoivent pour réponse : « c’est normal, vous êtes en Italie ». Passons! Ambassadrices de la gastronomie italienne par excellence, les pâtes sont une évidence. Les « spaghetti alla chitarra » (variété de pâte aux œufs), théoriquement faits maison, sont remplacés par des tagliatelles trop cuites, pour un résultat lourd et pâteux. La sauce au pesto sans relief n’y change rien ; les pâtes s’accrochent à la fourchette comme du ciment sur une pelleteuse. Dommage!

So…

Difficile d’oublier la déception d’un repas ! La route est longue; pour ne pas tomber dans l’anonymat, il s’impose de rapidement corriger le tir. Alors que mon assiette retourne intacte, le personnel a l’élégance de m’offrir le plat au moment de l’addition. Un geste commercial devenu une denrée rare.


Retour


Seppia Bistro

Mots clés :