L’Osteria della Bottega : Rayonnement Transalpin

28 avril 2019

Après avoir temporairement endossé le rôle de frère cadet, L’Osteria della Bottega est bien plus que le simple remplaçant de la Bottega.

En haut ou en Bas ?

Au début, il était difficile de s’y retrouver. Qui était qui ? Où était qui ? Qui était quoi ? « On se retrouve à la Bottega » ? « Oui, mais lequel » ? « Celui du bas ou celui du haut » ? « Le gastro ou le bistrot » ? « Le gastro c’est celui du haut ». « Mais non, c’est celui du bas ». Bref, récapitulons ! La Bottega version gastronomique (obtention d’une étoile en à peine 6 mois d’exploitation, ce qui fait jazzer le tout Genève) commence son aventure en Vieille Ville pour la continuer quelques mètres plus bas rue de la Corraterie. Les restaurateurs saisissent l’opportunité. Ils gardent l’arcade, figent le décor et modifient la carte des mets en la rendant plus accessible mais plus italienne que jamais. L’Osteria della Bottega voit le jour.

Sobre et Contemporain

Malgré une approche éloignée des étoilés Michelin, n’imaginez pas pour autant tomber dans une vulgaire gargote. L’élégance est toujours de mise dans ce restaurant où le bois des tables réchauffe les briques murales blanches et les gaines d’aération en aluminium au plafond. Sobre, sans être aseptisé, contemporain sans être froid, l’endroit fait mouche autant par son espace chaleureux que par sa luminosité. Côté service, laissons-nous guider par le talentueux Ilias Tanoudis, directeur du restaurant, qui tient sa salle d’une main de maître, toujours à l’affût du moindre détail.

Le Coeur s’embrase

Côté casseroles, c’est le chef Francesco Ibba qui fait virevolter la pasta. Originaire de Cagliari, cet enfant du pays redynamise subtilement les classiques de la cuisine italienne. Il conserve l’authenticité transalpine en rajoutant une pointe d’excentricité.  Le dosage est réussi. A l’image de ces tagliatelles de seiche sur un fenouil confi, rehaussées par des œufs de hareng fumé. Divin, même si une touche salée plus prononcée aurait pu souligner davantage le côté terre mer. Le cœur s’embrase lorsque les fettuccine au ragoût de bœuf débarquent et s’entortillent autour de la fourchette. On ferme les yeux un court instant et on s’imagine sur une route toscane sinueuse et vallonnée, bordée de vignes, baignée par un coucher de soleil orangé et ocre. Ouvert même le dimanche, c’est vraiment la dolce vitta à cette Osteria della Bottega.


Retour


L'Osteria della Bottega

Francesco Ibba

3 Grand-Rue, 1204 Genève

Mots clés : Genève, italia, osteria