L’Ecorce… une (nouvelle) histoire carougeoise

2 septembre 2018

Avec un subtil décor intérieur et une cuisine spontanée, l'Ecorce est une alternative bistrotière de choix dans le passionnant paysage culinaire carougeois

On le sait, il suffit de peu pour qu’un repas se passe sans accroc. Un geste, un regard, une parole ou même un timbre de voix peuvent changer la donne. En cette période de rentrée culinaire, c’est au restaurant l’Ecorce que je décide de faire escale. En plein centre de Carouge, ce bistrot quasi flambant neuf, commence à se faire une solide réputation dans le monde intraitable de la cuisine genevoise.

Un jeune couple de restaurateurs, aussi ambitieux que téméraire, a repris cette enseigne depuis à peine six mois. Sophie est en salle et Arnaud derrière les fourneaux. Une association gagnante qui garantit un cocktail de dynamisme, d’enthousiasme, d’arômes et de bonne humeur.

A  l’intérieur, la salle de restaurant se caractérise par un style épuré et un décor raffiné sans prétention. La terrasse reste agréable malgré les ballets incessants des camions de livraison du supermarché avoisinant. Sophie assure seule le service et son sourire fait chavirer les cœurs au moment de la commande.

Pour le déjeuner, l’Ecorce propose un menu des plus appétissant, entrée, plat et dessert à choix pour 34 francs. Le saumon gravlax vinaigrette de raisin et crème d’ail est une belle et généreuse entrée en matière malgré la présence de gênants petits morceaux d’ail au goût prononcé. Ail noir du japon en intérim ?

Rentrée oblige : nous résistons à la tentation de l’épaule d’agneau confite échalote céleri-rave et condiment livèche et nous orientons plutôt vers le colin, crozets (petite pâte typique de la région de Savoie) au citron vert, courgettes et son émulsion olives noires. Aucun regret ! La chair du poisson est nacrée grâce à une cuisson maîtrisée, les courgettes croquent sous la dent et l’émulsion chante une douce nostalgie de fin de l’été. L’ensemble reste généreux et léger. Rien à redire !

Avec le succès des Eaux-Vives et ses bars à la mode, Carouge se présente comme un vivier de bonnes tables. L’Ecorce fait partie intégrante de ce paysage culinaire en plein essor, sa cuisine va droit au but et Arnaud (ancien disciple de Jean-Georges Klein et Pierre Gagnaire) livre une partition aussi méticuleuse que spontanée. Bonne route…


Retour


l'Ecorce

Mots clés : bistrot, carouge, Genève, saumo