Le Cinquième Jour : le grand retour de Walter El Nagar

28 octobre 2018

Le "Mad Chef" régale pour la bonne cause dans son nouvel écrin situé en plein coeur des Eaux-Vives

Mais jusqu’où ira le quartier des Eaux-Vives en matière de développement culinaire ? Certes, son essor n’est pas pour nous déplaire! Pour le moment, l’aventure continue et c’est tant mieux ! Dernier arrivé en date – et non des moindres – le chef Walter El Nagar. Ce cuisinier engagé vient de poser ses couteaux rue des Eaux-Vives en lieu et place du restaurant de piadines chez Nona et ce pour le plus grand bonheur d’une clientèle avide de sensations fortes. Attention Genève, Le Cinquième Jour frappe fort et déboussole !

Milanais de naissance, Walter El Nagar parcourt le monde et s’ouvre aux saveurs et techniques culinaires de la Norvège, de Los Angeles, du Mexique ou encore de Dubaï avant d’être parachuté à Genève pour l’ouverture du Fiskebar de l’hôtel de la Paix Ritz-Carlton. Il ne restera pas longtemps au sein de l’équipe du palace genevois et part à la conquête de la ville de Calvin en participant à l’ouverture du bar à ramen Susuru à la rue du Stand et du furtif mais néanmoins réussi « pop-up » Poulp.

Le restaurant Le Cinquième Jour a la taille d’un mouchoir de poche et le chef reçoit dans une ambiance feutrée autour d’un comptoir de marbre en forme de croissant de lune. Exit les nappes, adieu les bougies : ici les matériaux sont bruts tout en étant élégants. A l’instar d’un hôtel intimiste, imaginez que vous entrez dans un « boutique restaurant » et pour cause : une capacité de douze couverts maximum. Mais le concept est ailleurs et correspond en tout point au caractère du cuisinier : innovant, un brin rebelle et déterminé. Quatre jours par semaine, un menu hyper axé sur des produits locaux et de saison est servi aux clients qui ont préalablement réservé sur le site internet. Le dernier jour (et donc le 5e) un repas est servi à des personnes démunies référées par des ONG ou la Croix Rouge.

L’expérience commence par une ficelle grillée et son beurre à la poudre de cénovis. Même si le goût est très peu prononcé, l’hommage au patrimoine culinaire helvétique claironne en plein cœur des Eaux-Vives. Nous poursuivons notre dégustation avec des écrevisses légèrement grillées au barbecue accompagnées de fromage et de pommes que l’on trempe dans un bol – comme un dip – à l’aide d’une chips d’écrevisse. S’ensuit une courge servie avec un lait auquel ont été rajoutés quelques graines de courge, de moutarde et du romarin. L’aventure continue avec une mousse de châtaigne, crème de Catalogne, cèpes, le tout recouvert de chips d’ail noir. La partie salée se termine avec un demi poulet nappé d’un jus de volaille accompagné d’une racine de persil. Le dessert fait l’effet d’une bombe avec un cheesecake, son sorbet aux bolets et ses lamelles de truffe blanche. L’accord mets et vins est satisfaisant mais, au regard de la recherche culinaire, mériterait d’être plus raffiné et innovant.

Le Cinquième Jour est tout simplement une réussite! Walter el Nagar désarçonne une fois de plus. Espérons qu’il puisse poser ses valises pour longtemps.


Retour


Le Cinquième Jour

Walter El Nagar

25 rue des Eaux-Vives, 1207 Genève

Mots clés :