Itinéraire d’un Canton gâté…

20 juin 2016

Quand la belle saison vient nous sortir de la torpeur d’un printemps qui n’en finit pas et que le retour du soleil nous redonne le goût de l’aventure, quittons nos centres villes, changeons nos habitudes, prenons le temps et partons en direction du canton de Vaud. A quelques encablures de Genève, mais suffisamment éloigné pour que le dépaysement opère, le charme de la campagne vaudoise séduit le plus citadin d’entre nous. Un privilège et un luxe que nous avons tendance à oublier.

Philippe Grange @ brutalselection.ch
Philippe Grange @ brutalselection.ch

L’art du lard de Philippe Grange

A l’origine, une rencontre ; celle de l’incontournable Philippe Grange, boucher-charcutier de renom et inventeur du fameux lard de Begnins, village où il tient son commerce sur la place du village. Amoureux de sa région, respectueux de la nature, il a acquis une solide renommée et une vaste expérience. Ses yeux pétillants de malice traduisent une maturité du regard qui pénètre le cœur de la réalité plutôt que le paraitre. Et même si rien ne semble l’impressionner, il prend toujours plaisir à découvrir et reste passionné par son métier. Car ce personnage atypique et haut en couleur est un travailleur acharné, un grand professionnel et montre par là qu’il sait ce qu’il fait et ce qu’il veut. Normal, in fine, c’est lui le patron !

Plus que de la simple charcuterie, le lard de Begnins est un poème gourmand, une épopée gustative. Coupé en fines tranches, il se déguste à toute heure. Inutile d’essayer d’obtenir la recette car même sous la torture, « je ne dirais rien ». Evitons toute dispute dans un environnement où le couteau est le principal outil de travail ! Quelques maigres indications ont néanmoins filtrées : « une fois désossée, je grille la poitrine de porc avec ma préparation secrète et la laisse refroidir avant de la servir ». Un conseil : prenez le temps de vous arrêter pour déguster quelques tranches avant de débuter votre promenade.

Le périple n’est pas insurmontable. L’itinéraire prévu consiste plutôt en une douce balade au milieu des vignes ainsi que quatre haltes gastronomiques qui vous permettent de découvrir tout ce que la région a de meilleur à offrir. Les étapes de ce voyage s’enchainent avec harmonie et légèreté au départ de Begnins et de son Café du Raisin, en descendant la route de Luins et en empruntant le chemin des Combes. L’auberge de Luins se profile à l’horizon et l’aventure continue par le chemin de Vinzel en traversant le village du même nom et son restaurant en contre bas, au Cœur de la Côte, connu pour sa spécialité des Malakoff. La marche se termine en arrivant dans ce merveilleux endroit qu’est le Café de l’Union à Bursins.

Comme il est doux ce paysage ! On le contemple tandis que l’on se laisse emporter par la beauté et la sérénité qui en émanent. Une sensation de liberté et des émotions nous envahissent que l’on voudrait partager. Un privilège, un bonheur simple de la vie.

Philippe Grange, Boucherie – Charcuterie – Traiteur, Grand-Rue, 1268 Begnins. Tel : 022 366 13 14. http://www.lard-de-begnins.ch

Ouvert du lundi au vendredi de 07h00 à 12h15 et 13h30 à 18h30. Samedi non-stop de 07h00 à 16h00.

Promenade Gourmande au-dessus du Léman

Le Café du Raisin à Begnins
Le Café du Raisin à Begnins

Le Café du Raisin

Le Café du Raisin, dont la renommée n’est plus à faire, a planté son décor coquet de bistrot bourgeois au centre du village de Begnins. Cet établissement reste un  rendez-vous incontournable pour les gourmands de la région et d’ailleurs, un endroit emblématique qui offre à sa clientèle une ambiance conviviale et détendue. Un café qui rassemble, les amis s’y retrouvent. Une carte élégante et traditionnelle est proposée en fonction des saisons. Filets de perche, loup poêlé aux moules accompagné de son risotto, salade aux œufs pochés et lardons,  filet de bœuf aux morilles ou souris d’agneau confite, des plats variés qui sauront séduire à coup sûr les épicuriens de passage tout autant que les habitués.

Café du Raisin, 26 Grand’Rue, 1268 Begnins, Tel : 022 366 16 18. Fermé le lundi et le mardi.

L’Auberge de Luins

Un endroit discret à l’abri des regards. Avec sa jolie terrasse fleurie, cette pittoresque auberge située au cœur du vignoble de Luins, est tenue par la famille Marguerat depuis 1957, connue depuis trois générations pour ses célèbres Malakoffs. Le menu du Leman propose un Malakoff et sa salade verte ainsi qu’un filet de féra frais du Lac accompagné de pommes allumettes et, pour finir sur une note sucrée, une tartelette citron à l’ancienne. La viande est également à l’honneur, avec des entrecôtes servies natures ou avec un choix de sauces : au poivre concassé, aux morilles et au beurre Café de Paris. Un moment convivial sans équivoque.

Auberge de Luins, 21 route du Village, 1184 Luin, Tel : 021 824 11 59. Fermé le mercredi.

Au Coeur de la Côte à Vinzel
Au Coeur de la Côte à Vinzel

Au Cœur de la Côte

La devise de ce restaurant va droit au but « les malakoffs de Vinzel, rien de tel». Tout est dit ! Au coeur de la région de la Côte, depuis 1896 une maison de grande tradition a fait des malakoffs sa spécialité. Ces fameux beignets au fromage sont ainsi dénommés en souvenir de la victoire des troupes napoléoniennes en 1853 par la prise du fort Malakoff. Le chef propose également une entrecôte beurre maison, un émincé de veau zurichois, des filets de perche meunière ou une fondue au fromage. Pour accompagner votre repas, le patron vous conseille son vin « l’étoile de Vinzel » provenant de son propre vignoble.

Au Cœur de la Côte, 12 route du Vignoble, 1184 Vinzel, Tel : 021 824 11 41. Fermé le lundi et le mardi.

Café de l'Union à Bursins
Café de l’Union à Bursins

Café de l’Union

Ce typique bistrot campagnard offre tout ce qui se fait de mieux en matière de gastronomie régionale. Un établissement simple, sans chichis mais diaboliquement efficace. Un service rapide, précis donne le tempo à un intermède culinaire riche en saveurs et diversités. Les spécialités oscillent entre les fameux malakoffs, le lard grillé de Begnins, le jambon cru et l’irrésistible croûte aux morilles. Au delà de ces délices locaux, et seulement sur commande deux jours à l’avance, le café propose des coquelets aux morilles, des cailles farcies, une longe de veau, un filet mignon de veau, un saumon sauce hollandaise, une fondue chinoise ou bressane. Plaisir, simplicité et qualité.

Café de l’Union, 2 route de Saint-Vincent, 1183 Bursins, Tel : 021 824 12 04. Fermé le mercredi et le jeudi.


Retour


Mots clés :