Gstaad… Un japonais « forcé »!

2 février 2015

Premier stop pour un déjeuner à l’hôtel Alpina. J’ai tout entendu concernant cet hôtel : du bien, du mauvais, du très bien et du très mauvais. Mais comme vous le savez, j’aime me faire ma propre opinion et écrire mes articles en toute objectivité. Bref, je réserve une table au restaurant gastronomique : le Sommet (une étoile au Guide Michelin). Un long tunnel conduit jusqu’à l’hôtel et le service voiturier. L’entrée est impressionnante, imposante et à la fois surprenante pour un décor montagnard.

J’accède au lobby et me dirige vers le restaurant. Le maître d’hôtel me conduit à ma table et m’indique d’aller me servir au « Christmas buffet » (nous étions le 25 décembre). Buffet de Noël ? J’aurai dû être informé lors de ma réservation. N’étant pas d’humeur gustative « saumon / œufs brouillés », je mentionne ce « détail » à un chef de rang qui relaie l’information au maître d’hôtel. Ce dernier, d’une voix irritée et pesante, lance à son collègue : « s’il veut manger à la carte, il y a le lobby ou le japonais »!!! Une telle réaction aurait dû m’inciter à partir, m’échapper, m’évader mais après 2h30 de route, une faim me tiraille. Sans perdre au change, je choisis le restaurant japonais. Allons découvrir le Megu et son menu dégustation de sept plats…

MEGU

La salle est lumineuse, dominée par des nuances de gris et rouge. Les tables sont espacées, offrant ainsi intimité et apaisement.  Légèrement agacé par l’accueil précédent, je me laisse prendre en charge par l’équipe professionnelle du Megu dont le service attentif et rapide correspond au standing de l’hôtel. Mangeons !

MEGU

Carpaccio de limande jaune et sauce Kanzuri

Trois fines tranches de limande délicatement posées sur une assiette au design moderne, zébrée d’un trait de sauce Kanzuri. Une sauce relevée (à base de chili et de yuzu) qui dès la première bouchée éclipse par son punch la délicatesse du poisson. Une entrée en matière intéressante, incisive et aussi tranchante qu’un couteau de cuisine japonais.

MEGU

Asperge croquante panée aux crackers de riz japonais, piment et citron

Une deuxième entrée originale et visuellement percutante (je vous laisse interpréter la photo). L’asperge est cuite « al dente » et soigneusement enrobée d’une panure de crackers de riz japonais. L’ensemble du plat mise sur une texture craquante (obtenue par l’asperge et la panure) et aurait éventuellement mérité une sauce légère, voire une mousse afin de rendre ce plat plus gourmand.

MEGU

Salade orientale avec légumes, noix, mélange de graines, sole sashimi et huile de sésame

Une salade fraiche et croquante (on continue sur ce même jeu de texture) qui remplit son rôle de « milieu de menu ». Les légumes et les graines croquent sous la dent, cependant l’huile de sésame éclipse totalement le goût du poisson. Cette troisième entrée reste banale et manque cruellement d’harmonie (de la coriandre, why not ?).

MEGU

Sélection de sushi et sashimi et soupe de miso Akadashi

Assortiment respectable, mais qui, en définitive, ne me fait ni voyager ni découvrir d’autres facettes de la cuisine japonaise.

MEGU

Crevettes Kanzuri croquantes

C’est LE plat du menu (il y en a toujours un, heureusement !). Un doux mélange de crevettes enrobées d’une pâte à beignet (de style chinois plutôt que japonais) et nappées de sauce Kanzuri. C’est rond, gourmand et réconfortant au palais. Le plat le plus simple et le plus harmonieux.

MEGU

Steak de bœuf Wagyu Kagero

Le steak arrive fumant sur une ardoise en produisant beaucoup d’effet. La viande est tendre et la présentation théâtrale : j’aurais pu être transporté vers d’autres sphères si l’assaisonnement n’avait pas fait défaut. Du spectaculaire pour pas grand chose.  Dommage…

Hot or Cold ?

Le service impeccable du Megu me fait oublier l’accueil du premier restaurant et permet à son arrogant maître d’hôtel de remonter la pente glissante. L’ensemble du menu est moderne et rien n’est laissé au hasard. Cependant, malgré la qualité des produits et la technique culinaire, la cuisine du Megu a suscité en moi peu d’émotion. L’ensemble m’est apparu trop froid, rigide, strict, carré; autant aspects qui peuvent me correspondre dans la vie mais auxquels je préfère, sur un plan gustatif, la gourmandise, la rondeur, la chaleur, la générosité et finalement l’amour. Alors, plutôt froid ou plutôt chaud ? A vous d’aller prendre la température…

 Megu

Hotel Alpina Gstaad

Alpinastrasse 23

3780 Gstaad

Tel : +41 33 888 98 88

http://www.thealpinagstaad.ch

[google-map-v3 shortcodeid= »56e1dcd551″ width= »350″ height= »350″ zoom= »16″ maptype= »roadmap » mapalign= »center » directionhint= »false » language= »default » poweredby= »false » maptypecontrol= »true » pancontrol= »true » zoomcontrol= »true » scalecontrol= »true » streetviewcontrol= »true » scrollwheelcontrol= »false » draggable= »true » tiltfourtyfive= »false » enablegeolocationmarker= »false » enablemarkerclustering= »false » addmarkermashup= »false » addmarkermashupbubble= »false » addmarkerlist= »Alpinastrasse 23 3780 Gstaad{}1-default.png » bubbleautopan= »true » distanceunits= »miles » showbike= »false » showtraffic= »false » showpanoramio= »false »]


Retour


Mots clés :