C’était bien, chez Zinette…

11 septembre 2018

Ancienne auberge de village datant du 19ème siècle, le Café Zinette à tout pour plaire... surtout dans les heures de service!

L’été se termine, les jours raccourcissent, l’air se rafraichit, les moments passés en terrasse vont immanquablement se faire rares. Alors quand le soleil nous fait la grâce de son apparition, autant profiter de ses rayons tardifs et déjeuner encore à l’extérieur. Non loin du quartier des Acacias, en dépassant la zone du port-franc en plein réhabilitation architecturale, le Café Zinette se cache non loin de là au rond-point précédant la route du Grand-Lancy.

Cette ancienne auberge de village datant du 19èmesiècle a tout pour plaire. Le service de midi touchant à sa fin, une ribambelle de verres s’entassent sur le zinc d’un bar imposant dans une salle intimiste au décor de bistrot campagnard. Notre arrivée un brin tardive, mais toujours dans les temps, semble bouleverser le personnel de salle qui nous propose le plat du jour plutôt que la carte des mets. Le cuisinier serait-il pressé de partir ? Avec un charme persuasif, nous obtenons finalement du patron le privilège de manger à la carte.

Tandis que l’atmosphère se détend avec des sourires accompagnés de quelques pointes d’humour, nous entamons notre repas avec des tomates à l’ancienne, burrata et trait de pesto. Entrée estivale virevoltante de fraîcheur grâce à une réinterprétation mousseuse et légère d’un gaspacho soutenant vaillamment des quartiers de tomates (mondées s’il vous plait) et une burrata crémeuse. Préliminaire réussi ! La suite est du même niveau avec un cabillaud nacré accompagné de légumes croquants et d’un beurre blanc agrémenté de fruits de la passion en guise de vin blanc. Remarquable !

Un soupçon de patience et une pincée de compréhension ont suffi pour oublier un départ hésitant et créer un moment cohésif et appréciable.


Retour


Café Zinette

45 route du Grand-Lancy

Mots clés : bistrot, cabillaud, Genève, tomate, zinette