Benjamin Luzuy : « social cooker »

13 mars 2019

A partir de septembre, le patron du Bottle Brothers et de Gourmet Brothers se lance dans une aventure 100% sociale.

Trio d’Enfer

Il ne s’arrête jamais ! Benjamin Luzuy a une idée qui fuse toutes les secondes et s’enflamme lorsqu’un nouveau concept est en passe de voir le jour. L’instigateur du bouillonnant Bottle Brothers – qui continue à faire trembler les nuits genevoises à coup de cocktails endiablés et mini burgers gourmets dans son enseigne de la rue Henri-Blanvalet – est sur le point de se lancer dans une nouvelle aventure comme lui seul en a le secret. Dès le mois de septembre, en association avec l’Ecole Hôtelière de Genève et la Fondation Apprentis d’Auteuil International il prévoit de former des jeunes en décrochage scolaire et difficulté sociale. Décryptage !

© India Katarina Belch-Kennedy

De la pratique

Cet espace culinaire pédagogique réparti entre un coffee corner, une cafétéria des temps moderne et un restaurant cadre avec service à table verra le jour dans un immeuble flambant neuf d’une capacité totale de 1’500 personnes au 8 chemin de Blandonnet. Accompagné de formateurs, six à quatorze jeunes sélectionnés par les associations seront en formation sur une période de deux ou trois ans. Le programme ? Quatre jours sur le terrain des points de vente et un jour sur les bancs d’école. « Si le côté académique n’est pas leur terrain de jeux, pourquoi ne pas essayer la pratique » précise Benjamin. Le But ? Former des jeunes au métier de la restauration entourés de professionnels et dans des environnements ouverts au public.

© India Katarina Belch-Kennedy

Supplément d’âme

Mais c’est bien plus qu’un simple partenariat qui a attiré Benjamin Luzuy. L’idée le branche dès le début et en accord avec ses partenaires, il sait que les choix ne seront ni pragmatiques ni financiers mais axés sur des critères qualitatifs et saisonniers. « Pour qu’il y ait un vrai intérêt, il faut que nous changions la vie de ces jeunes. A nous de les aider à trouver leur voie en leur transmettant la passion de la cuisine. Il faut pousser plus loin la démarche éthique de notre métier ». Vivement l’ouverture !


Retour


Mots clés : Benjamin Luzuy