Adieu Neptune, Bonjour Tablar !

24 février 2019

Nicolas Darnauguilhem raccroche les gants avec le Neptune mais reste dans le ring avec Tablar. Décryptage d’un homme bourré de talent qui n'a pas dit son dernier mot

Alors qu’on le croyait définitivement mis sur orbite dans sa fusée Neptune, Nicolas Darnauguilhem annonce un virage culinaire à 180 degrés. Dès la fin du mois, l’établissement n’existera plus. « J’en avais fait le tour dans sa forme actuelle. Je ne voyais pas d’évolution possible dans cet espace avec les moyens financiers dont je dispose aujourd’hui » déclare le chef.

©Nicolas Righetti/lundi13

De la betterave rôtie à la terrine de lapin

Loin d’être découragé par la nouvelle, le jeune cuisinier aux bonnets multicolores reste plus motivé que jamais. Une décision qui en dit long sur la situation de la restauration genevoise et ses réalités économiques lorsque l’on est indépendant. La rue de la Coulouvrenière aurait-elle eu raison du talent culinaire du chef ? « Pour pouvoir entreprendre ce genre de restaurant à Genève, il faut avoir une trésorerie solide et un emplacement propice ».

On se remémore encore la merveilleuse déclinaison de betteraves rôties et confites, la tarte citron accompagnée de son sorbet de coing que Nicolas proposait depuis 4 ans à sa fidèle clientèle. En se concentrant désormais sur un service du soir, le chef va proposer une cuisine plus décontractée et plus accessible. « Tablar ne sera pas un resto, ce sera un bar qui fera à manger ». La cuisine s’offre un lifting et sera ouverte sur une nouvelle salle de restaurant. « Je veux que la cuisine rentre dans un quotidien avec un prix démocratique ». Au programme ; poulet rôti, côte de porc, terrine de lapin et encore escabèche de sardines… Vivement !

@Le Fooding

A la Campagne

Son rêve le plus fou? Amener un jour sa cuisine à la campagne. « J’ai envie de lui faire prendre un peu l’air » plaisante-t-il. Mais rassurons les fans du chef, pour le déjeuner et sur réservation, Nicolas va cuisiner un menu unique, spécialement conçu pour un groupe de 6 à 10 personnes. Finalement, Le Neptune bouillonne toujours.


Retour


Mots clés :